Liberty-Jeep
Liberty-Jeep

 

USS LST 510 (LST 510)

 

Navire de débarquement de la classe LST-491 (Mk 2).

 

Nombreux furent les LST (Landing Ship Tank) à participer au D-Day et aux moult opérations de débarquement en Normandie durant les semaines qui suivirent le Jour-J.

 

Ils firent partie de l’armada de navires alliés qui convergèrent vers les plages normandes du Calvados et de la Manche :

 

Le LST 510 ; Navire de débarquement de tanks construit par la firme « Jeffersonville Boat and Machine Co » sis à Jefferson dans l’Indiana aux USA à qui il fut commandé le 19 mars 1943. Il servit entre le 30 novembre 1943 date à laquelle il fut effectivement mis à l’eau après seulement 8 mois de construction, la machine de guerre américaine étant lancée à plein régime.

 

Nommé Buncombe d’après le comté du même nom en Caroline du Nord.

 

Navire de 1635 tonnes à vide et 3640 tonnes chargé, longueur : 100 m, faisceau de 15 m, tirant d’eau 2,4 m vers l’avant et 4,37 m à l’arrière en pleine charge, équipé de 2 moteurs diesel General Motors 12-567 avec 2 arbres et 2 gouvernails, vitesse 12 nœuds soit 22 km/h, équipé de 2 LCVP.

 

Armement : 1 affût de canon de 3 tubes cal 50, 8 canons 40 mm et 12 canons de 20mm.

Equipage : 130 officiers et hommes enrôlés avec au besoin un complément de 8 à 10 officiers et 89 à 100 hommes.

 

Il fut retiré du service et désarmé le 1er juillet 1946.

 

Reprenons un peu son histoire :

 

Terminé et mis sur cale le 27 septembre 1943 à Jefferson, Indiana, il descend le Mississippi jusqu’à La Nouvelle-Orleans où il est lancé officiellement le 30 novembre 1943, identifié sous le N° OMI : 5S381978 de la Marine Traffic Commission, N) MMSI : 367354360 (Mobile Maritime Service identity) * et placé sous le commandement du lieutenant George P Andrews.

 

Son premier convoi vers le Royaume-Uni est préparé durant le 1er trimestre 1944 en effectuant, après avoir reçu un équipement militaire, entre Panama City (siège du Comté de Bay County en Floride) - https://en.m.wikipedia.org/wiki/Panama_City,_Florida – et la Nouvelle-Orleans où il revient en février.

Il y reçoit la péniche (LCT 709) de débarquement de chars pesant à elle seule 150 tonnes avant d’être envoyé vers New York pour y embarquer 600 tonnes de munitions et un complément d’hommes d’équipage. Dans un convoi de 64 navires il quitte le port pour une traversée qui, à l’époque, est un périple de tous les dangers. Entre tempête avec des creux de 15 mètres, du brouillard, du vent et grésil, des rencontres avec les U-boats qui sillonnent l’Atlantique à la recherche de proies potentielles (4 navires seront torpillés dont 1 à 370m du LST 510). Il atteint sa destination, Derry en Irlande du Nord, le 13 avril 1944 sans autre encombre.

 

Juin 1944, la Normandie.

 

Il effectue la livraison de la péniche (LCT 709) à Plymouth après une traversée de la Mer d’Irlande vers le Pays de Galles (Milford Haven). Le 1er juin 1944, il embarque 200 hommes et 70 véhicules de la 29th Infantry Division puis en attendant l’ordre de départ, s’est placé à l’ancre dans la baie en « confinement » (déjà !) …

Il prend la mer le 4 juin au matin (3h37) à destination des côtes de France avant de regagner son mouillage compte-tenu de la météo exécrable qui sévit sur la Manche. Un nouveau départ est ordonné le 5 juin 1944 à 3h55 avec la même destination que la veille au sein du convoi « B 1 » de la Western Task Force de l’opération Neptune forte de près de 4000 navires. Il commencera ses déchargements d’hommes et de matériels qu’à J+8 heures après le début de l’invasion à l’aide de LCT et de barges pontons « Rhino » sur Omaha Beach près de Vierville sur mer, après que les troupes qui y étaient coincées aient pu enfin avancer et débuter la tête de pont. En retour, il reçoit déjà les premiers blessés qui sont traités à bord dans une salle d’opération aménagée, par les trois médecins de bord qui donnent le maximum dans des conditions de soins précaires, n’étant pas navire hôpital.

 

La déveine sur la Manche commence à le toucher alors qu’il effectue, durant les trois mois suivants, des navettes entre l’Angleterre et les plages « américaines » de Normandie et transportant du matériel, des troupes fraiches et des véhicules vers le front et des blessés vers l’ile britannique.

 

Les ennuis débutent fin septembre 1944 avec un échouage lors de la 21eme traversée : son arbre tribord est touché et dévié hors de son alignement. Il doit rejoindre la cale sèche, en Angleterre, pour des réparations et rejoint Plymouth avec un seul moteur. Une autre fois, se dirigeant vers Cherbourg en longeant la baie de Seine, il heurte un obstacle sous-marin qui troue sa coque et inonde ses salles de machines en les plongeant dans le noir. Il doit être remorqué vers Portland par un autre LST et la malchance continue car alors qu’il revenait du Havre entouré d’un épais brouillard, il entre en collision, proue contre proue, avec le Transport de la « Merchant Marine » (marine marchande) SS Chapell Hill Victory au sud de l’Ile de Wight. Celui-ci, après réparations, reprendra du service et rapatriera même au Pays les troupes US après-guerre. Le LST 510 fut une nouvelle fois mis en cale sèche à Falmouth jusqu’à mi-mai avant de rejoindre les Etats-Unis le 7 juin 1945.

Il était prévu son réaménagement pour le théâtre du Pacifique mais la capitulation du Japon en Août 1945 annula cette perspective et il rejoint alors Green Cove Springs en Floride pour sa mise hors service. Il fut nommé USS Buncombe County le 1er Juillet 1955. Il fut jugé inapte au service naval le 27 octobre 1958 et rayé des listes le 1 novembre suivant.

 

Devenu depuis le MV Cape Henlopen après un remaniement total, il est l’un des ferries les plue anciens du monde encore en service.

 

Récompenses : Médaille de la campagne américaine, Médaille de la campagne Europe-Afrique-Moyen-Orient avec une étoile de bataille, Médaille de la victoire de la WW2.  

 

Gerald GOODMAN, pompier à bord du USS LST 510 (vétéran WW2)

 

Témoignage :

 

Gerald GOODMAN, né le 11 septembre 1925 à Brooklyn, New York, a rejoint l’US Navy américaine en janvier 1944 comme pompier première classe à bord du Landing Ship Tank (USS LST 510). Il a participé à la Libération de la Normandie, lorsque son navire a débarqué ses matériels sur la plage d’Omaha Beach, le 6 juin 1944. Pour ces faits d’armes, il a reçu du gouvernement américain plusieurs décorations ; l’American Theater Medal, l’European Theater Medal et la Victory Medal of World War 2 et le 2 mai 2014, la Légion d’Honneur à bord de l’USS New-York au cours des Broward Navy Days.

 

Gerald Goodman avait alors annoncé : "J’avais 18 ans quand je suis parti à la guerre. Je ne connaissais l’Europe que par mes cours d’histoire et j’en avais une très bonne opinion. Mon oncle était dans la Marine durant la Première Guerre mondiale et c’est pour cela que j’ai décidé de m’enrôler dans l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale. La guerre fut quelque chose de terrible et c’est pour cette raison que je n’en parle pas. Je n’aime tout simplement pas parler de cet épisode de ma vie. Lorsque je suis rentré chez moi, j’étais alcoolique. C’est ma mère qui m’a sorti de là. Maintenant j’ai une femme et 4 enfants."

 

Texte : Alain OCTAVIE

Mise en page : Yannick DEHAYES

 

Sources : US Navy Archives.org  -  Wikipedia  -  uboat.net – navsource.org – miami.consulfrance.org

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

 

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.