Liberty-Jeep
Liberty-Jeep

 

Les LANDING CRAFT … et autres !

 

Je ne m’adresse pas ici aux experts, aux passionnés, à tout ceux qui connaissent le sujet sur le bout des doigts car compte-tenu de leur savoir, ils trouveront ce petit article bien futile.

Je voudrais plutôt aller vers ceux qui, au-delà de savoir que « Landing Craft » approche le sujet de la péniche de débarquement, n’ont pas vraiment conscience de la diversité de ce que cela recouvre.

Qui entend «péniche de débarquement » fait aussitôt, dans le domaine de la WW2 qui nous intéresse, le rapprochement immédiat avec le débarquement de Normandie. Il est vrai que ces mots sont associés et que l’opération «Neptune» en a utilisé un certain nombre.

Communément, la péniche de débarquement amène l’image réductrice mais pas totalement fausse du chaland avec sa rampe rabattable à l’avant déversant ses troupes sur une plage.

Il en existe cependant bien plus avec diverses fonctions et les Forces Alliées ont construit et utilisé chacune les leurs.

 

 

 

* * * * * * * * * *

 

Landing Craft Personnel (Large)

 

Le Landing Craft Personnel (Large) ou LCP (L) est une petite embarcation de débarquement utilisée par l’armée US durant la WW2 chargée de transporter des petits groupes de soldats des navires de transport vers la côte tenue par l’ennemi. Conçu sur la base d’un prototype de vedette rapide en 1928 en Louisiane, à la Nouvelle-Orleans, par Andrew Higgins et la société Eureka Tug-Boat Company d’où son nom «Eureka» ou «Bateau R». Fabriqué entièrement en contreplaqué et poutres de pin avec cloisons blindées. Il en a existé 2 types de LCP (L), un pour les anglais numérotés de 1 à 500 et un américain. Ne présentant pas de rampe à l’avant, les fantassins devaient sauter par-dessus bord pour le quitter. Il pouvait transporter un équipage de 3 hommes dont 1 barreur, 2 marins (1 officier pour 3 bateaux), et 36 soldats.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 11,17 m – Largeur : 3,30 m – Tirant d’eau : 0,74 m à l’avant et 1,07 m à l’arrière pour un déplacement de 6,5 tonnes à vide et 9 tonnes à pleine charge.

Propulsion  type anglais : 1 moteur de 250ch Hall-Scott à essence ou 1 moteur de 150ch Superior diesel.

Propulsion type américain : 1 moteur de 225ch Kermath à essence ou 1 moteur de 165-225ch Gray diesel – Blindage de 3 x 10 lb cloisons transversales.

Armement type anglais : 1 mitrailleuse Lewis de calibre 303.

Armement type américain : 2 mitrailleuses Browning de calibre 30.

 

 

Landing Craft Navigational

 

Les Landing Craft Navigational (LCN) de neuf tonnes ont été utilisées par les "Combined Operations Assault Pilotage Parties" (équipages de la Royal Marine et du Special Boat Service) pour l'arpentage des sites de débarquement.

 

 

Landing Craft Control

 

Les Landing Craft Control (LCC) étaient des navires de l’US Navy à coque en acier, ne transportant que l'équipage (Scouts et Raiders) et un radar nouvellement développé. Leur tâche principale consistait à trouver et à suivre les routes sûres vers la plage débarrassées des obstacles et des mines. Embarcation de navigation de tête pour les Landing Craft participant à l’assaut, pour marquer la ligne de départ, le control du trafic, les levées hydrographiques préliminaires.  Il y en avait huit dans toute la flotte d'invasion de Normandie (deux par plage) se distinguant par leurs antennes pliables et leur radar. Après avoir mené la première vague, ils devaient repartir et amener la deuxième vague car ils n’étaient pas destinés à la plage. Après cela, ils ont été utilisés comme moyens de commandement et de contrôle polyvalents pendant l'invasion. Il emportait 14 hommes d’équipage.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 17 m – Largeur : 4,17 m – Propulsion : 2 moteurs diesel de 225ch pour un déplacement de 30 tonnes, couvrant 500 Miles à 10 nœuds (lège) ou 240 miles à pleine charge – Vitesse maximum de 13,5 nœuds. Tirant d’eau : 0,97 m.- Carburant : mazout (550 gallons).

Armement : 3 mitrailleuses jumelées de calibre 50 montées sur anneaux – Pots fumigènes.

Equipement spécial : Gyrocompas, Odographe, Récepteur d’écho NK-2, Equipement radio directionnel ZB RU et récepteur d’écho NJ-8, Récepteurs, Emetteurs radio 2-TCS, Récepteur gyroscopique, 2-SCR 610 récepteurs émetteurs radio FM.

 

 

Landing Craft Assault

 

Le Landing Craft Assault ou LCA est une barge de débarquement anglaise appartenant à la Royal Navy destinée au transport de l’infanterie. Il est la plus petite péniche d’assaut utilisée par les troupes alliées qui débarquèrent sur les plages de Normandie au matin du 6 juin 1944. Le LCA pouvaient transporter 4 hommes d’équipage (1 barreur, 2 marins, 1 mécanicien) dont 1 officier pour 3 bateaux, jusqu'à 32 soldats et cinq hommes du génie dont la mise à terre s'effectuait par la rampe mobile qui s'abaissait à la proue du bateau. Sa naissance remonte à l’année 1938. Principal lieu de construction : Chantier Thornycroft Ltd.

 

Les premiers LCA ont été utilisés dès le mois de mai 1940 pour le débarquement de 120 légionnaires français à Narvik en Norvège.

 

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 12,6 m   - Largeur : 3 m - Propulsion : 2 moteurs Ford V-8 essence de 65ch  amenant une vitesse de 10 nœuds à vide et 6 nœuds en charge – Supportant une charge de déplacement de 9 144 kg – Tirant d’eau : à vide, 33 cm à l’avant et 53 cm à l’arrière et en charge, 53 cm à l’avant et 69 cm à l’arrière.

Armement : 1 mitrailleuse BREN, 2 mitrailleuses LEWIS et sur les dernières versions 2 mortiers à l’arrière.

 

 

Landing Craft Vehicle & Personnel

 

Le Landing Craft Vehicle and Personnel ou LCVP, appelé aussi Higgins Boat (créé par Andrew Higgins – 1886-1952 - dans son usine Higgins Industries de la Nouvelle-Orleans) est de construction américaine et comparable au LCA anglais. Sa forme est largement inspirée de celle des embarcations utilisées dans les marécages de Louisiane. Fut construit à 20 000 exemplaires. 

Malgré une peinture grise rappelant le métal il est construit en contreplaqué marine.

Le LCVP pouvait transporter 3 hommes d’équipage (1 barreur et 2 mitrailleurs) ainsi que 36 fantassins ou un véhicule de 2, 7 tonnes.

Caractéristiques :

 

Longueur : 11 m - Largeur : 3,29 m – Propulsion : 1 moteur Gray Marine de 6 cylindres diesel, 2 temps de 225ch ou Hall-Scott essence de 250ch amenant une vitesse de 15 nœuds à vide (27,8 km/h) ou 9 nœuds en charge (16,7 km/h). Supportant une charge de déplacement de 8 100 kg – Tirant d’eau : 0,7 m à l’avant et 0,96 m à l’arrière.

Armement : 2 mitrailleuses Browning 1919A4 de calibre 7,62 mm.

 

 

Landing Craft Utility

 

Le Landing Craft Utility (LCU) a été utilisé pour transporter l'équipement et les troupes vers le rivage. Il était capable de transporter des véhicules à chenilles ou à roues, des navires d'assaut amphibies aux têtes de pont ou aux jetées. Il y eu 3 classes ; 1610, 1627 & 1646 durant la WW2 avec un équipage de 10hommes avec 400 fantassins ou 125 tonnes de fret, de camions ou de tanks.

Caractéristiques :

 

Longueur : 41,1 m – Largeur : 8,8 m – Propulsion : 2 moteurs diesel Detroit Diesel Corporation 12V-71, 2 arbres, 2 hélices, 680ch, tuyère Kort pour un déplacement de 203 tonnes à vide et 381 tonnes à pleine charge pour une vitesse de 11 nœuds (20 km/h)- Autonomie : 1200 miles (2220 km) à 8 nœuds (15 km/h) -  Tirant d’eau : 1,1 m à l’avant à pleine charge et 2,1 m à l’arrière à pleine charge - .

Armement : 2 mitrailleuses de 12,7 mm.

Equipement : Radar : Navigation LN 66 ou SPS -53 ; bande I.

 

 

Landing Craft Mechanized

 

Le Landing Craft Mechanized ou Mechanical ou LCM est un chaland de débarquement de taille supérieure aux deux précités et conçu pour le transport de véhicules dont des chars et utilisés en nombre pour le soutien des troupes débarquées durant, notamment, pendant les assauts alliés de la seconde guerre mondiale. Plusieurs modèles virent le jour soit au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis par différents fabricants et principalement, pour la période WW2, du type 1 au type 5.

 

  La péniche britannique Mark 1 ou LCM 1 a été conçue et testée entre 1920 et 1924. Il était transporté par paquebot sous bossoirs ou par cargo sur une bôme (barre rigide prenant appui au bas d’un mât). Construit à environ 600 exemplaires.

 

Equipage de 6 hommes avec 1 char moyen, 60 fantassins ou 26,8 tonnes de fret.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 13,6 m – Largeur : 4,27 m – Propulsion : 2 moteurs essence Chrysler de 100ch amenant une vitesse de 7 nœuds – Supportant une charge de déplacement de 35 tonnes – Tirant d’eau : 1,22 m -

Armement : 2 canons LEWIS de 0,303 pownders.

 

  Le LCM (2) ou Mark 2, conçu sur une coque en acier entre 1941-1942 par le Bureau de construction et de réparation de la Marine américaine (BCRM), sa construction fut confiée à l’American Car & Foundry Company pour une partie et à Higgins Industries pour un complément pour un total de 147 unités. Il fut utilisé par les américains au début de l’entrée en conflit des Etats-Unis dans la WW2. Outre le transport de chars légers ou de petits véhicules blindés des « Liberty Ships » vers les plages, il fut utilisé pour transporter du matériel, des armes et des munitions. Doté d’un équipage de 4 hommes, il avait une capacité d’emport de 100 soldats ou 1 char de 13, 5 tonnes ou 15 tonnes de cargaison.  Il fut rapidement supplanté en 1942 suite à l’invasion de l’Afrique du Nord par le LCM 3.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 14 m – Largeur : 4,3 m – Vitesse 8,5 nœuds (15,7 km/h) – Supportant une charge de déplacement de 29 tonnes – Tirant d’eau : 0,91 m.

Armement : 2 mitrailleuses Browning M2 de calibre 50.

 

Le LCM 3 était conçu sous 2 entités : BCRM (Bureau) ou Higgins. Le premier supportait 54 tonnes de fret et le second 23 tonnes à vide et 52 tonnes en charge. Il emporte 4 hommes d’équipage, 60 fantassins, 1 char de 30 tonnes (ex : M4 Sherman) ou 27 tonnes de fret.

 

Ce dernier présente les caractéristiques suivantes :

 

Longueur : 15 m – Largeur : 4,3 m – Vitesse : 8 nœuds (13 miles p/h) à vide et 9,2 miles p/h) chargé. – Tirant d’eau : 0,91 m vers l’avant et 1,2 m vers l’arrière.

 

Armement : 2 mitrailleuses Browning M2 de calibre 50.

 

Le LCM 4 fut construit à 77 exemplaires entre 1943 et 1944. Quelques améliorations le différenciait d’un LCM 1 dernière génération, à savoir qu’il était doté de pompes de cale et de citernes de ballast permettant la modification de l’assiette augmentant, lorsqu’il était chargé, d’assurer plus de stabilité.

 

Le LCM 5 (modèle britannique) n’apporte pas de changement notable.*

 

 

Landing Craft Infantry  (L).

(Type 1 & type 351)

 

Le Landing Craft Infantry (Large) ou LCI (L) est une grande péniche de débarquement conçue pour transporter les troupes. Construit aux Etats-Unis de 1942 à 1945 en 921 exemplaires sur 10 chantiers situés sur les 3 côtes états-uniennes (Pacifique, Atlantique, Golfe du Mexique), le LCI trouva son utilisation sur tous les fronts engagés à partir de 1943. Véritable navire conçu et réalisé pour le débarquement de l’infanterie sur une plage déjà conquise et partiellement sécurisée, elle peut amener sur site 200 hommes environ qui débarquent sur 2 passerelles abaissées de part et d’autre de la proue.

 

Il existe 2 types de LCI (L) : Les premières unités de LCI 1 à 350 (type 1) possède une passerelle basse et rectangulaire alors que les LCI 351 à 1139 (type 2 ou type 351) ont une passerelle de navigation circulaire plus haute. Certaines unités recevront à la proue une porte à double battant et une petite rampe de déchargement.

 

Caractéristiques :

 

Type 1 : Longueur 46,63 m – Largeur 7,21m – Propulsion : 8 moteurs General Motor 6/71 Diesel 2 temps, 6 cylindres de 225 à 250ch couplés sur 2 lignes d’arbres, 2 hélices pour un emport de 110 tonnes de carburant amenant une vitesse maximale de 14 nœuds à vide ou 11 nœuds à pleine charge- Tirant d’eau : 0,81 m à l’avant et 1,47 m à 1m52 à l’arrière à vide, 1,62m à l’avant et 1,80m à l’arrière en charge - Equipage : 24 hommes et transport de 6 officiers et 182 hommes ou 75 tonnes de fret – Rayon d’action : 4 000 miles à 12 nœuds de moyenne – Déplacement : 194 à 216 tonnes à vide et 381 tonnes en charge.

Armement : 1 canon Vickers de 40mm et 3 Oerlikon de 20 mm pour la Royal Navy ou 4 ou 5 Oerlikon de 20 mm pour l’US Navy.

 

Type 351 : Longueur : 48,31m – Largeur : 7,21m – Propulsion : idem au type 1 – Carburant : 130 tonnes pour une vitesse identique et même tirant d’eau – Equipage : 29 hommes, 9 officiers et 201 hommes ou 82 tonnes de fret – Rayon d’action : jusqu’à 8 000 miles à 12 nœuds de moyenne – Déplacement : 238 à 258 tonnes à vide et 387 tonnes en charge.

Armement : 1 Vickers de 40 mm et 5 Oerlikon de 20mm.  

 

 

Landing Craft Support

 

Deux sortes de Landing Craft Support ou (LCS), soit péniche de débarquement de soutien, ont été utilisés distinctivement par l’US Navy dans le Pacifique et la Royal Navy britannique durant la WW2. Conception et fabrication de 130 unités par 3 chantiers navals différents : Lawley & Sons à Neponser dans le Massachusetts, Albina Engine Works et Commercial Iron Works, tous deux à Portland dans l’Oregon. Sa coque était identique à celle des Landing Craft Infantry (LCI). Son équipage variait de 3 à 6 officiers et de 55 à 68 marins.

 

 

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 48,31 m – Largeur : 7,09 m – Propulsion : 8 moteurs diesel Grey Marine (puis plus tard General Motors) soit 4 moteurs par hélices jumelles à pas variable pour une puissance totale de 1600ch pour une vitesse max de 16,5 nœuds (30,6 km/h) et une vitesse de croisière de 12 nœuds (22,2 km/h) pour un rayon d’action de 8 850 km. Blindage des postes de tir, du poste de pilotage et du kiosque par boucliers anti-éclat STS de 4,5 kg – Tirant d’eau : 1,78 m arrière chargé –

 

Armement : 1 canon d’étrave de calibre 3"/50 ou 1 canon double de 40 mm ou simple de 40 mm, 2 canons de pont jumeaux de 40 mm (un à l'avant, un à l'arrière), 4 canons de 20 mm, 4 mitrailleuses de calibre 0,50 (12,7 mm), 10 × lance-roquettes Mk7 situés entre les 2 canons des ponts avant et arrière et d'autres armes étaient conservées en stock. Ils disposaient d'un générateur de fumée qui permettait de masquer les péniches de débarquement en approche des plages.

 

Landing Craft Tank

 

La Landing Craft Tank ou LCT est une barge de débarquement du mark 1 au mark 6 destinée à l'assaut amphibie et au transport de chars de combat sur des têtes de pont utilisés par la Royal Navy et l'US Navy pendant la WW2. Ils étaient embarqués par 2 sur des LST, placés sur leurs flancs et vides et descendus à flot à l’aide de berceaux puis chargés ou transportés en « Kit », par pièces insubmersibles et assemblés directement sur l’eau. Ils pouvaient embarquer 3 chars lourds, ou bien 4 moyens, ou encore 150 tonnes de fret. Il fut construit 1465 unités. Le premier de ces LCT (5) entra en service en juin 1942 et le dernier LCT (6), plus grands, en décembre 1944, à raison de 500 et 965 unités respectivement. Aucun blindage – 11 hommes d’équipage.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 34,80 m – Largeur : 9,96 m – Propulsion : 1 moteur diesel de 675ch, 3 hélices avec une vitesse maximale de 8 nœuds avec un déplacement de 283 tonnes à pleine charge. 

Armement : mark 1 : 2 canons de marine de 2 livres QF – mark 2 & 3 : Ajout de 2 canons anti-aériens Bofors 40 mm – mark 4 : soit 2 canons de 20 mm Oerlikon, soit 2 canons Bofors 40 mm – mark 5 : 2 canons 20 mm Oerlikon – mark 6 : Ajout de 4 mitrailleuses de 12,7.

 

 

* * * * * * * * * *

Ste-Marie-du-Mont : Utah-Beach

 

 

* * * * * * * * * *

Au port de Carentan

 

 

Les Conversions :

 

Pendant le conflit, 373 LCI ont été convertis et équipés localement selon l’une ou l’autre variante suivante en :

 

Landing Craft Flottilla Flagship ou LC(FF) sur base de LCI (L) assigné au théâtre  Asie – Pacifique – Navire de commandement.

 

 

Landing Craft Infantry Mortar ou LCM sur bases de LCI (L) ou LCT équipés de 3 mortiers M2 de 4,2 inch sur le théâtre Asie-Pacifique.

 

Avant que le ministère de la Guerre n'autorise la mission hautement explosive pour le mortier de 4,2 pouces et avant que des unités de mortier chimique n'atteignent les théâtres d'opérations, le CWS développait une doctrine pour l'utilisation du mortier dans les atterrissages d'assaut. À partir de l'été 1942, cette doctrine a été développée au centre d'entraînement amphibie, Camp Edwards (Buzzards Bay), Massachusetts, et s'est poursuivie au Camp Carabelle, en Floride (plus tard Camp Gordon Johnson).

 

Le CWS a expérimenté des mortiers montés sur des péniches de débarquement, notamment les LCI (Landing Craft Infantry) et les LCT (Landing Craft Tank). Il estimait que les mortiers pouvaient soutenir un assaut amphibie dans la période cruciale d'une invasion, après que les bombardements navals et aériens se soient arrêtés pour que les troupes puissent débarquer. Les mortiers ne pouvaient pas être placés directement sur le fond des péniches de débarquement car il n'y avait aucun moyen d'empêcher le recul de repousser les mortiers vers l'arrière lorsque la pièce était tirée. De plus, le martèlement terrible pourrait endommager le fond du navire. Des techniciens ont installé un cadre en bois oblong, rempli d'un mélange de sable et de sciure de bois, sur le plancher de l'engin. Une épaisse plaque de bois (plusieurs feuilles de contreplaqué) rainurée pour recevoir la bêche en Y inférieure de la plaque de base, reposait sur le remplissage de sciure de sable. Le commandement de l'entraînement amphibie, Camp Carabelle,Florida, à qui CWS a envoyé la plate-forme de tir, a vu l'utilité de l'appareil et a demandé au service de concevoir un modèle standard.

 

https://www.4point2.org/gunboats.htm

 

 

Landing Craft Gun ou LCG est une péniche de débarquement ayant pour objectif principal de fournir un tir direct contre les positions de plage et une attaque de surface pour épauler le débarquement des troupes d’assaut du premier échelon en étant généralement échoué afin de devenir un appui de canons stationnaires. Il a été plus particulièrement développé à partir den la base du LCT suivant un prototype élaboré par Thornycroft Ltd de Woolston, Hampshire (U. K). Quelques un furent adaptés sur base de LCI (L). Blindage de 25 livres par placage DIOHT pour les côtés du pont, des armes à feu, les écrans anti-souffle et les côtés des magasins. Doté soit d’un équipage de 15 hommes dont 2 officiers et 13 marins ou 23 hommes dont 1 officier, 2 sous-officiers, 20 marins.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 59 m – Largeur 9,4 m – Propulsion : 2 moteurs diesel Paxman de 500ch, double vis avec un déplacement de 508 tonnes pour une vitesse de 10,5 nœuds (19,4 km/h) et une autonomie de 2700 miles à 9 nœuds – Tirant d’eau : 1,07 m à l’avant et 1,83 m à l’arrière.

Armement : 2 canon navals QF de 4,7 pouces, 2 canons de 20 mm ou 2 anti-aériens quadruple «pom-pom» QF* de 2 pounder naval gun (40 mm).

  • QF = Quick-Firing / Tir Rapide.

Variantes : LCG (moyen) : 2 canons légers de 25 pdr ou 17 pdr – LCG(L) mark 3 & 4 : 2 canons de 4,7 pouces.

 

 

Landing Craft Tank – Rocket ou LCTR conçu en Grande-Bretagne sur la structure de base du LCT Mk 3, il a pour objectif de saturer par ses tirs de roquettes les plages de débarquement précédemment l’arrivée des fantassins et des blindés de soutien. Principale modification, la rampe de débarquement est condamnée tandis qu'un deuxième pont est ajouté pour accueillir les nacelles de fusées. Le pont inférieur (où les chars sont garés sur un LCT conventionnel) permet de stocker jusqu’à 5 000 fusées en complément des 1 044 roquettes RP-3 en place sur leurs rampes de lancement. Le tir se fait par 24 rafales successives de 39 ou 42 roquettes (selon le nombre total) pouvant atteindre 1 000 mètres de portée.

 

Caractéristiques :

 

Longueur : 58,52 m – Largeur : 9,45 m – propulsion : 2 moteurs diesel Paxman Ricardo – Vitesse maximum : 9 nœuds.

Landing Craft Infantry Rocket ou LCIR comportait une plate-forme pour six lance-roquettes de 5 pouces. Cette plate-forme était plutôt simple car les lance-roquettes étaient fixés sur le pont, et le navire devait donc être manœuvré pour les viser. Lors du tir, l'équipage a dû se réfugier sous les ponts pour échapper au souffle des moteurs de fusée.

 

Il existait également des Landing Craft Mechanized Rocket ou LCMR.

 

Landing Craft Headquarter ou LCH – Navires de commandement et contrôle - Il s’agissait en fait de centres de commandement et de contrôle flottants avec la capacité de communiquer avec les avions, les navires, les divers centres à terre et les unités situées sur les champs de bataille. Initié sur une idée de Lord Mountbatten (Chef du Commandement des opérations combinées de1942 à 1943).

Cette liste n’est surement pas exhaustive mais elle figure déjà du panel important des engins amphibies utilisés pour le débarquement des troupes et des matériels d’appui immédiat à proximité de l’ennemi. Pour les opérations ultérieures de renforts et d’approvisionnement de masse, des navires de plus gros tonnages ont été employés, les Landing Ship, les Liberty Ship, etc, mais c’est un autre chapitre que nous étudierons peut-être un peu plus tard.

 

Recherches et documentations : Alain OCTAVIE

Mise en ligne : Yannick DEHAYES

 

Quelques photos supplémentaires ci-dessous ...

 

LCOCU

LANDING CRAFT OBSTACLE CLEARANCE UNIT.

 

La Landing Craft Obstacle Clearance Unit acheminée vers la Normandie était spécialisée dans le déminage (mines sous-marines & terrestres), destruction des obstacles de plage, préparation des plages pour franchissement par les fantassins et les matériels de soutien. Elle faisait partie des groupe commandos.

Les Royal Naval Beach Commandos étaient également connus sous le nom de Beachhead Commandos, mais le plus souvent, la "Beach" a été abandonnée et ils s'appelaient Royal Naval Commandos, bien que ce soit également un terme générique qui pourrait s'appliquer également à d'autres unités de la Royal Naval formées par des commandos et aux hommes de la Royal Navy qui a servi dans des unités de commandos comme le 14 'Arctic' Commando. Cela se reflétait dans le fait que la Royal Naval Commando Association (dissolue en 2003) accueillait également des hommes des Royal Naval Beach Signals, des Landing Craft Obstacle Clearance Units, des Combined Operations Bombardment Units et de la Levant Schooner Flotilla.

 

 

 

 

Un groupe des premiers hommes des LCOCU débarqués en Normandie. 

 

 

Le personnel de la Royal Navy d'une unité de déminage d'ostacles fait exploser des obstacles de plage allemands à La Rivière, en Normandie, le 9 juin 1944. Les commandos de la Royal Navy des unités de franchissement d'obstacles des péniches de débarquement courent pour se dégager tandis que les obstacles sont détruits à La Rivière. Certains des navires d'invasion peuvent être vus à l'horizon.

 

Terry HENSON F.L – AB Sérial Nr JX 376601 a servi sur les HMS Quebec (1943) HMS Copra (43/44), MMS Appledore (LCOCU). Il débarqua avec les Canadiens (8e Brigade) sur Nan Green Sector à Juno Beach. Il nous a quitté le 27 décembre 1984.

 

USS LST 510 (LST 510)

 

Navire de débarquement de la classe LST-491 (Mk 2).

 

Nombreux furent les LST (Landing Ship Tank) à participer au D-Day et aux moult opérations de débarquement en Normandie durant les semaines qui suivirent le Jour-J.

 

Ils firent partie de l’armada de navires alliés qui convergèrent vers les plages normandes du Calvados et de la Manche :

 

Le LST 510 ; Navire de débarquement de tanks construit par la firme « Jeffersonville Boat and Machine Co » sis à Jefferson dans l’Indiana aux USA à qui il fut commandé le 19 mars 1943. Il servit entre le 30 novembre 1943 date à laquelle il fut effectivement mis à l’eau après seulement 8 mois de construction, la machine de guerre américaine étant lancée à plein régime.

 

Nommé Buncombe d’après le comté du même nom en Caroline du Nord.

 

Navire de 1635 tonnes à vide et 3640 tonnes chargé, longueur : 100 m, faisceau de 15 m, tirant d’eau 2,4 m vers l’avant et 4,37 m à l’arrière en pleine charge, équipé de 2 moteurs diesel General Motors 12-567 avec 2 arbres et 2 gouvernails, vitesse 12 nœuds soit 22 km/h, équipé de 2 LCVP.

 

Armement : 1 affût de canon de 3 tubes cal 50, 8 canons 40 mm et 12 canons de 20mm.

Equipage : 130 officiers et hommes enrôlés avec au besoin un complément de 8 à 10 officiers et 89 à 100 hommes.

 

Il fut retiré du service et désarmé le 1er juillet 1946.

 

Reprenons un peu son histoire :

 

Terminé et mis sur cale le 27 septembre 1943 à Jefferson, Indiana, il descend le Mississippi jusqu’à La Nouvelle-Orleans où il est lancé officiellement le 30 novembre 1943, identifié sous le N° OMI : 5S381978 de la Marine Traffic Commission, N) MMSI : 367354360 (Mobile Maritime Service identity) * et placé sous le commandement du lieutenant George P Andrews.

 

Son premier convoi vers le Royaume-Uni est préparé durant le 1er trimestre 1944 en effectuant, après avoir reçu un équipement militaire, entre Panama City (siège du Comté de Bay County en Floride) - https://en.m.wikipedia.org/wiki/Panama_City,_Florida – et la Nouvelle-Orleans où il revient en février.

Il y reçoit la péniche (LCT 709) de débarquement de chars pesant à elle seule 150 tonnes avant d’être envoyé vers New York pour y embarquer 600 tonnes de munitions et un complément d’hommes d’équipage. Dans un convoi de 64 navires il quitte le port pour une traversée qui, à l’époque, est un périple de tous les dangers. Entre tempête avec des creux de 15 mètres, du brouillard, du vent et grésil, des rencontres avec les U-boats qui sillonnent l’Atlantique à la recherche de proies potentielles (4 navires seront torpillés dont 1 à 370m du LST 510). Il atteint sa destination, Derry en Irlande du Nord, le 13 avril 1944 sans autre encombre.

 

Juin 1944, la Normandie.

 

Il effectue la livraison de la péniche (LCT 709) à Plymouth après une traversée de la Mer d’Irlande vers le Pays de Galles (Milford Haven). Le 1er juin 1944, il embarque 200 hommes et 70 véhicules de la 29th Infantry Division puis en attendant l’ordre de départ, s’est placé à l’ancre dans la baie en « confinement » (déjà !) …

Il prend la mer le 4 juin au matin (3h37) à destination des côtes de France avant de regagner son mouillage compte-tenu de la météo exécrable qui sévit sur la Manche. Un nouveau départ est ordonné le 5 juin 1944 à 3h55 avec la même destination que la veille au sein du convoi « B 1 » de la Western Task Force de l’opération Neptune forte de près de 4000 navires. Il commencera ses déchargements d’hommes et de matériels qu’à J+8 heures après le début de l’invasion à l’aide de LCT et de barges pontons « Rhino » sur Omaha Beach près de Vierville sur mer, après que les troupes qui y étaient coincées aient pu enfin avancer et débuter la tête de pont. En retour, il reçoit déjà les premiers blessés qui sont traités à bord dans une salle d’opération aménagée, par les trois médecins de bord qui donnent le maximum dans des conditions de soins précaires, n’étant pas navire hôpital.

 

La déveine sur la Manche commence à le toucher alors qu’il effectue, durant les trois mois suivants, des navettes entre l’Angleterre et les plages « américaines » de Normandie et transportant du matériel, des troupes fraiches et des véhicules vers le front et des blessés vers l’ile britannique.

 

Les ennuis débutent fin septembre 1944 avec un échouage lors de la 21eme traversée : son arbre tribord est touché et dévié hors de son alignement. Il doit rejoindre la cale sèche, en Angleterre, pour des réparations et rejoint Plymouth avec un seul moteur. Une autre fois, se dirigeant vers Cherbourg en longeant la baie de Seine, il heurte un obstacle sous-marin qui troue sa coque et inonde ses salles de machines en les plongeant dans le noir. Il doit être remorqué vers Portland par un autre LST et la malchance continue car alors qu’il revenait du Havre entouré d’un épais brouillard, il entre en collision, proue contre proue, avec le Transport de la « Merchant Marine » (marine marchande) SS Chapell Hill Victory au sud de l’Ile de Wight. Celui-ci, après réparations, reprendra du service et rapatriera même au Pays les troupes US après-guerre. Le LST 510 fut une nouvelle fois mis en cale sèche à Falmouth jusqu’à mi-mai avant de rejoindre les Etats-Unis le 7 juin 1945.

Il était prévu son réaménagement pour le théâtre du Pacifique mais la capitulation du Japon en Août 1945 annula cette perspective et il rejoint alors Green Cove Springs en Floride pour sa mise hors service. Il fut nommé USS Buncombe County le 1er Juillet 1955. Il fut jugé inapte au service naval le 27 octobre 1958 et rayé des listes le 1 novembre suivant.

 

Devenu depuis le MV Cape Henlopen après un remaniement total, il est l’un des ferries les plue anciens du monde encore en service.

 

Récompenses : Médaille de la campagne américaine, Médaille de la campagne Europe-Afrique-Moyen-Orient avec une étoile de bataille, Médaille de la victoire de la WW2.  

 

Gerald GOODMAN, pompier à bord du USS LST 510 (vétéran WW2)

 

Témoignage :

 

Gerald GOODMAN, né le 11 septembre 1925 à Brooklyn, New York, a rejoint l’US Navy américaine en janvier 1944 comme pompier première classe à bord du Landing Ship Tank (USS LST 510). Il a participé à la Libération de la Normandie, lorsque son navire a débarqué ses matériels sur la plage d’Omaha Beach, le 6 juin 1944. Pour ces faits d’armes, il a reçu du gouvernement américain plusieurs décorations ; l’American Theater Medal, l’European Theater Medal et la Victory Medal of World War 2 et le 2 mai 2014, la Légion d’Honneur à bord de l’USS New-York au cours des Broward Navy Days.

 

Gerald Goodman avait alors annoncé : "J’avais 18 ans quand je suis parti à la guerre. Je ne connaissais l’Europe que par mes cours d’histoire et j’en avais une très bonne opinion. Mon oncle était dans la Marine durant la Première Guerre mondiale et c’est pour cela que j’ai décidé de m’enrôler dans l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale. La guerre fut quelque chose de terrible et c’est pour cette raison que je n’en parle pas. Je n’aime tout simplement pas parler de cet épisode de ma vie. Lorsque je suis rentré chez moi, j’étais alcoolique. C’est ma mère qui m’a sorti de là. Maintenant j’ai une femme et 4 enfants."

 

Texte : Alain OCTAVIE

Mise en page : Yannick DEHAYES

 

Sources : US Navy Archives.org  -  Wikipedia  -  uboat.net – navsource.org – miami.consulfrance.org

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

 

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.